Le ticket de caisse peut être "arrondi" à 5 cents.

Arrondir à 5 cents

Pour limiter l'utilisation des petites monnaies, une nouvelle mesure a été instaurée en Belgique : le commerçant peut désormais arrondir le montant de votre ticket de caisse.


Vous en avez sûrement entendu parler : les commerçants peuvent arrondir le montant de vos achats aux 0 ou 5 centimes les plus proches. Concrètement, si le montant total se termine par 1 ou 2 cents, il sera arrondi à 0 centime. S'il se termine par 3, 4, 5, 6 ou 7 cents, il est arrondi à 5 centimes et s'il se termine pas 8 ou 9 cents, l'arrondi se fait à 10 centimes.

Cet arrondi est bien sûr soumis à quelques règles et un pictogramme doit être apposé par le commerçant qui le pratique.


 Une série de conditions sont prévues pour que l'arrondi s'applique : le paiement doit être effectué en la présence physique du consommateur; l'arrondi se pratique sur le montant total du ticket de caisse et non produit par produit; le commerçant arrondit de manière systématique, ce qui veut dire aussi bien vers le haut que vers le bas, conformément aux règles de l'arrondi; le commerçant qui pratique l'arrondi affiche un pictogramme spécifique de manière bien visible.  RTBF

Pourquoi vouloir minimiser l'utilisation des pièces 1 et 2 cents ?

L'utilisation des pièces de 1 et 2 cents pose problème.
Pour le commerçant, plusieurs désavantages. Tout d'abord, les coûts liés au tri, au comptage et à l'acheminement de ces pièces de monnaie vers les banques sont très élevés. La valeur faciale des centimes est pourtant faible. De plus, manipuler de la petite monnaie et compter celle-ci allonge inévitablement le temps d'attente aux caisses de magasins.
Pour le Trésor et les banques, ces pièces coûtent assez cher, de façon paradoxale. Il faut tenir compte des coûts de production, de comptage, de stockage et de transport.
Le consommateur se plaint, lui, de l'encombrement dans le portefeuille dû ces centimes.

disparition des pièces de 1, 2 cents


Pourquoi étendre l'arrondi aux paiements électroniques ?

Précédemment, cette mesure n'était autorisée que pour les paiements en espèces. Comment faire alors pour un client qui paie une partie en cash et le reste par carte bancaire ? L'arrondi ne s'appliquerait qu'à une partie de son achat ? Ne s'appliquerait pas du tout ? Désormais, les paiements électroniques sont aussi concernés, le problème est donc résolu.
De plus, peu de commerçants osaient utiliser l'arrondi. Il était difficile pour eux d'arrondir le ticket de caisse d'un client payant en cash et ne pas le faire pour le client suivant, payant par carte. Cette différence de prix dû au mode de paiement n'était pas toujours comprise par les clients. Etendre l'arrondi aux paiements électroniques devrait donc pousser les commerçants à utiliser davantage cette mesure.

 

 

L'arrondi & Mercator

Mercator s'est adapté à cette mesure et vous permet de gérer facilement cet arrondi. Dans votre programme de gestion de caisse, ajoutez un mode de paiement appelé "arrondi" (par exemple) aux autres moyens de paiement déja disponibles. Ce mode tiendra compte des règles imposées par la mesure et reprendra automatiquement la différence.