Odoo ou quand le Capitole déclare ouverts les Hunger Games

méthode de recrutement des programmeurs par Odoo

On ne savait pas si c’était un honneur (« ils n’ont pas osé contacter nos développeurs ») ou un signe de déchéance (« nos collaborateurs ne sont-ils pas à la hauteur ? »), mais nous avions été épargnés de l’envoi à tous les développeurs de ce widget Odoo.
Les « présents de débauche » sont finalement arrivés chez Mercator aussi.

Merci Monsieur Pinckers, merci Monsieur Lesuisse,  d’avoir finalement pensé à nous et de proposer à nos développeurs ce challenge messianique tant attendu.

Juste un mot pour résumer : dégoût.

On sait que le recrutement dans toutes les entreprises de notre secteur est tendu. Mais cette tension autorise-t-elle tout et n’importe quoi ?
Il ne nous appartient pas de répondre à cette question. Chacun y répondra selon ses valeurs et ses ambitions ; les unes et les autres étant en principe alignées.

Et voilà donc qu’Odoo prend réellement tous ses concurrents comme des Districts dans lesquels il organise ses « Moissons ». « Je me sers, je démonte le business des autres, l’arche de l’arène is the limit ». Le Capitole organise ses jeux dans le but de satisfaire ses appétits primaires de façon brutale. 

Odoo y voit probablement une double utilité : un instrument d’oppression à l’égard de ses compétiteurs, en les faisant souffrir éventuellement d’une diminution de leurs ressources primordiales, mais également un moyen de nourrir inlassablement l’ogre et le système qu’il incarne.
Mais en définitive, tout le monde sait avec quel capital « sympathie » le Capitole termine chaque fois l’aventure...


 Si nous voulions juste intimider les districts, nous pourrions mettre les 24 tribus en rangs d’oignons et les exécuter, ce serait plus rapide !  

Hunger Games, le président Snowcitation hunger games odoo


Tout comme Hunger Games dénonce clairement la violence des jeux et le plaisir que prennent les spectateurs à regarder cette violence, nous sommes aussi en droit de questionner aujourd’hui tous ces spectateurs béats et likeurs basiques qui acclament Odoo quoi qu’il fasse.

Finalement, ne doit-on pas plaindre tout ce vivier ? On imagine la pression qui pèse sur cette entreprise après avoir fait entrer dans son capital Summit Partners, un fond de capital-risque américain qui, immanquablement, aura très vite besoin de rendement.  Cela doit d’ailleurs réjouir tous les travailleurs d’Odoo de savoir qu’ils œuvrent tous les jours à la rémunération d’un fond domicilié à … Panem.
On parlait avant d’un produit belge, fier de son ancrage local, …

Joyeux Hunger Games, et puisse le sort vous être favorable !